...le sujet qui fâche !


Centrale nucléaire au pays des Trois Frontières proche de Schengen;
Grenznahes Atomkraftwerk, Cattenom, Région Grand Est, im Herzen des Dreiländerecks an der Mosel zwischen Luxemburg, Lorraine, dem Saarland und Rheinland Pfalz.

Vor 35 Jahren fand das Unvorstellbare statt: der größte anzunehmende Unfall (GAU) im Atomkraftwerk von Tschernobyl in der Ukraine.

...le sujet qui fâche !

De quoi parlons-nous ? De la centrale nucléaire de production électrique de Cattenom. Soit quatre réacteurs nucléaires d'une puissance de 1.300 mégawatts chacun. C’est apparemment la troisième centrale nucléaire la plus importante de France… et la septième au monde ! Elle assure à peu près 8% de la consommation électrique de la France, ce qui est évidemment loin d’être négligeable.

Et elle est vivement contesté, principalement par ses voisins allemands et luxembourgeois. Depuis le début de sa mise en service, et à chaque nouvel incident – Dieu sait qu’il y en a –, des voix s’élèvent pour réclamer un arrêt rapide et total.

Cattenom se trouve à 9 km de la frontière luxembourgeoise et à 12 km de la frontière allemande. Par ailleurs, « la mal aimée » se situe à 33 km de Metz, à 46 de Luxembourg-Ville, à 48 km de Trèves et à 58 km de Sarrebruck.

Depuis ses tendres débuts, elle n’arrête pas de semer la zizanie dans la Grande Région. Si les Allemands et les Luxembourgeois la détestent, les Français sont priés de se taire. Normal, puisque la Grande Nation, avec ses 58 réacteurs répartis sur 19 sites nucléaires dispose du parc nucléaire le plus important au monde par rapport à sa population. Notons que le nucléaire y représente toujours quelque 70% de la production d’électricité. 

Autrement dit, la fermeture de Cattenom n’est pas pour demain. C’est même tout le contraire. Les quatre réacteurs seront désactivés dans une période de cinq ans allant de 2046 à 2051.
Vive la République et longue vie au nucléaire !     

Claude Gengler, géographe, auteur, SarLorLuxien

Was wäre, wenn es mitten in der Großregion einen GAU gäbe?

Qu’adviendrait-il si mon pays disparaissait, rayé de la carte et rendu invivable, après un grave accident nucléaire ? Une question que s’est posée, en 2016, Nima Azarmgin, citoyen luxembourgeois au moment où le gouvernement du Grand Duché distribuait des pastilles d’iode, réputées prévenir l’apparition de cancers de la thyroïde, à ses habitants. De cette angoisse, les réalisateurs Myriam Tonelotto et Julien Becker ont imaginé An Zéro : comment le Luxembourg a disparu.

https://www.telerama.fr/ecrans/an-zero-comment-le-luxembourg-a-disparu-sur-arte-et-si-un-pays-etait-aneanti-par-un-accident-6863467.php

Was wäre, wenn es mitten in Europa zu einem Super-GAU käme? Wenn von einem Tag auf den anderen ein ganzer Staat von der Landkarte verschwinden würde? Das Doku-Drama zeigt das fiktive Szenario eines Atomunfalls mitten in Luxemburg und beleuchtet dessen wirtschaftliche, juristische, politische, gesellschaftliche und kulturelle Folgen."

https://www.crew-united.com/de/Super-GAU-Die-letzten-Tage-Luxemburgs__273567.html

An Zéro - Comment le Luxembourg a disparu.
Super-GAU. Die letzten Tage Luxemburgs. Eine Doku-Fiktion.

Foto: die arge lola/regiofactum 2012



Kommentare

Beliebte Posts aus diesem Blog

notizblog zieht um - le blog sur www.mendgen.com

Europäer aus Überzeugung, Teil 1

more than ever