gros'regionalistin.nes, Herzen Europas


Ausflugsdampfer auf der Sa.ar.re zwischen Sarrebrück et Saarguemines, Aquarell von Alain Poncelet, Mai 2019

 
Als Antwort auf Susannes Korrespondenz - POST 14.05. - schreibt Marie-Thérèse:

Pandémie, confinement et désillusions
Lorraine, frontalière, résidente en France, puis en Allemagne, puis en France à nouveau, je me sentais chez moi de part et d'autre d'une frontière qui, d'ailleurs, n'existait plus. C'était une évidence. ...
 

...Living and working between France, Lorraine, and Germany and France, for and back, borders didn't seem to exist anymore, until...

Lisette, Grosbliederstroff, fährt heute fort:

Cette pandémie nous a tous profondément marqué.
Et dans notre grande région plus que tout.

Nous vivons à Grosblie et le *pont de l‘amitié * nous relie à Kleinblie .
Un beau symbole! 



...This pandemic has changed everything, especially in our binational region. 

We are living in Grosbliederstroff (Großblittersdorf), a little village, where one border of la Sarre is in France and the other in Germany. A pedestrian bridge connects "Grosblie" and Kleinblitterdorf. It is called "friendship bridge"...

Jamais nous aurions pu imaginer que les frontières seraient fermées.
Nous pensions que l‘expression *de l‘autre côté* avait définitivement
disparu, il était évident et absolument normal de pouvoir se déplacer des 2 côtés de la Sarre sans aucune contrainte.

... who would have imagined that borders would be closed, that "the other side" existed again, which definitely seemed to have vanished? Of course, the virus was there, but why was it a reason to separate us?...

Bien sûr, pour lutter contre ce virus il faut faire attention à soi-même et aux autres, respecter les distances et les gestes barrières .

Pourquoi vouloir subitement nous séparer ? 



Ne plus voir nos amis, aller chez notre médecin habituel ou faire nos courses était dorénavant interdit??

Étions nous une menace ? indésirables ?

Pour qui ? Pourquoi ?

Nous habitons une même et belle région, nous partageons les mêmes forêts, les mêmes rivières, les mêmes coutumes , nous sommes complémentaires et devons continuer à vivre et à évoluer ensemble




...No way to see our friends (in "Germany", on "the other side" now), no more rdv with our doctors, no shopping as usual (in "Germany")? Were we a terrible threat, unwanted? For whom and why?

We are all living in the same beautiful place, we share the same forest, rivers, habits, we are complementaire and must live together and develop together. ...

Fotografien: Freundschafts/pont de l'amitié/brücke, ... Eva Mendgen

Kommentare

Beliebte Posts aus diesem Blog

notizblog zieht um - le blog sur www.mendgen.com

Europäer aus Überzeugung, Teil 1

more than ever